J’arrête de râler pendant 21 jours !

llb-arrete-de-raler

Cela vous arrive t-il de vous rendre compte que vous venez de passer votre journée à râler, pester, maugréer, rouspéter, souffler ? Ces journées-là sont généralement les plus longues, les plus fatigantes. Il vous arrive une tuile de plus, rien ne c’est passé comme prévu et en plus lorsque vous rentrez rien n’est prêt comme vous l’auriez souhaité. Vous râlez encore, pour ceci ou pour cela. J’ai des journées comme celles là. Une fois posée sur le canapé au calme je ne sais plus très bien si la journée à d’abord mal débutée ou si j’ai d’abord commencé par ronchonner et qu’ensuite la journée c’est mal passée… Je ne me considère pas comme une grande râleuse, mais j’ai mes causes de « râleries » préférées : vociférer en voiture et contre mes voisins et parfois contre ma maladresse. Mais avec du recul cela fait des mois que je me plains du voisinage et que cela n’a rien changé… Ce comportement n’est pas efficace. Au gré de mes abonnements Instagram j’ai lu un post parlant d’un challenge : j’arrête de râler en 21 jours. Je m’y suis intéressée. Je vous en parle dans cet article !

Dans mon article sur la nouvelle année et les bonnes résolutions je vous parlais de mon souhait de réaliser des défis (que j’aime aussi appeler des expériences à vivre) pendant l’année 2017. Je vous disais également qu’une bonne manière de réaliser ces bonnes résolutions c’est de se mettre à l’action rapidement une fois la décision prise. C’est donc ce que j’ai fait avec ce premier défi débuté ce lundi 2 janvier 2017.

Pourquoi arrêter de râler ?

Nous avons un lieu commun qui est de penser que nous devons exprimer nos émotions pour les « faire sortir » et surtout que de ne pas le faire serait à l’origine de symptômes psychosomatiques, autrement dit ce qui n’est pas exprimé verbalement ressortira d’une manière ou d’une autre via le corps. C’est d’ailleurs ce que je pensais également.

Mais j’ai un peu revu ma position pour les émotions négatives exprimées (ou non) depuis que je lis le livre de Martin SELIGMAN : Vivre la psychologie positive, dont je vous parlerai certainement dans un prochain article.

Il semble qu’exprimer sa colère n’est pas d’impacte positif sur la santé, bien au contraire, ni sur son niveau de bonheur. En effet M. SELIGMAN relate, dans son livre (titre ci-dessus) des expérimentations montrant que retenir sa colère permet de baisser la pression artérielle et inversement si la colère est exprimée. Par contre, exprimer de la gentillesse ferait baisser la tension artérielle, du moins chez les femmes.

Je pense qu’il est important que les gens puissent identifier et exprimer leurs émotions : « je suis triste », « j’ai mal », « j’ai peur », mais aussi « je suis heureux », « je me sens bien », « je suis apaisé », etc. Il ne s’agit pas de nier une émotion comme la colère, mais plutôt de réfléchir à la façon de l’exprimer. De prendre du recul sur celle-ci et de ne plus être dans la réactivité et l’agressivité.

Cette démarche permet d’être davantage dans la communication avec l’autre et dans l’action. En effet si l’on ne peut plus râler contre quelque chose nous pourrons alors agir contre ce quelque chose.

Ainsi après avoir constaté que râler n’était pas une réponse efficace pour résoudre mes problèmes ou communiquer. Qu’en plus il semblerait que cela est un impacte physiologique sur la santé, arrêter (ou diminuer drastiquement) cette mauvaise habitude m’a semblé devenir une priorité pour 2017.

Comment arrêter de râler ?

C’est ce que je vais expérimenter pendant plusieurs semaines voir plusieurs mois ! C’est un travail sur le long terme. En effet râler est une habitude et nous n’avons pas toujours conscience que nous râlons.

Je vais suivre la méthode de Christine Lewicki, qui consiste à ne pas râler pendant 21 jours continus afin de perdre cette vieille habitude.

Qui est Christine Lewicki ?

Christine Lewicki a fondé la société O Coaching Inc à Los Angeles. Elle est Coach en entreprise et conférencière. C’est une entrepreneur, elle anime d’ailleurs des conférences à ce sujet. C’est aussi l’auteur du livre « J’arrête de Râler ».

21 jours ou 66 jours pour changer une habitude ?

Dans les années 1950 un certain M. MALTZ, chirurgien plastique, à constater que ces patients mettaient environ 21 jours à s’habituer à leur nouveau visage ou à un membre manquant. Il a ensuite constaté, selon ses propres expériences qu’il mettait environ 21 jours à acquérir une nouvelle habitude. Ce constat d’environ 21 jours c’est transformé en 21 jours tout court pour changer une habitude. Ce qui n’est pas la même chose ! Or les 21 jours ont été constatés par M. MARLTZ et non prouvé de façon scientifique. C’est dommage, 21 jours c’est pas mal non ? Une durée suffisamment courte pour que l’on puisse vouloir faire l’effort de changer mais, suffisamment longue pour nous sembler crédible.

Malheureusement d’autres études montreraient qu’il faut davantage de temps pour installer une habitude : environ 66 jours, soit 2 mois. Il faut aussi comprendre que 66 jours c’est une moyenne, que certaines personnes mettront moins de temps et d’autres beaucoup plus. Ce laps de temps peu également varier selon la nouvelle habitude à prendre ou la mauvaise habitude à perdre.

Mais pourquoi relever ce challenge si je ne suis pas convaincue par la durée de 21 jours ?

Parce que le challenge est de ne pas râler du tout pendant 21 jours d’affilés! Et donc pour atteindre ces 21 jours consécutifs cela peut prendre plusieurs semaines voir plusieurs mois (par exemple 66 jours). La nouvelle habitude, une fois prise, doit donc être maintenue pendant 21 jours d’affilée.

Par contre, après ces 21 jours ma mauvaise habitude devrais avoir disparu, je devrais donc râler beaucoup moins.

Donc même si la référence de Christine Lewicki au 21 jours pour changer une habitude me semble erronée, le processus et les conséquences du défi restent très intéressant !

Principe ?

L’objectif est de ne pas exprimer verbalement toutes « râleries » pendant 21 jours consécutifs.

Pour cela un seul et unique ustensile : un bracelet, (ou montre, ou autre, pour ma part c’est un élastique pour cheveux) que vous mettez à votre poignet, gauche ou droit pour commencer. A chaque fois que vous râlerez, maugréerez, ronchonnerez, soufflerez, etc. et que vous vous en rendrez compte vous changerez votre bracelet de poignet… et vous devrez recommencer votre décompte des 21 jours !

Pour débuter vous pouvez télécharger le Kit gratuit de Christine Lewicki disponible sur son site internet.

Vous l’aurez compris il faut plusieurs semaines voir mois pour réussir le challenge et non pas 21 jours. Armez-vous de patience et d’indulgence envers vous-même.

Faites-vous aider par votre entourage, conjoint, amis, collègues qui pourront, avec tact, vous faire remarquer que si, si  :

  • vous avez râlé dans la file d’attente ce matin,
  • vous avez houspillé la photocopieuse trop lente tout à l’heure,
  • vous avez ronchonné devant la tonne de linges sales.

(Toute référence à la réalité n’est que fortuite).

Je vous partage mon expérience 

Les premiers jours

J’ai débuté mon défi ce lundi et autant vous dire que les 21 jours ce n’est pas pour tout de suite ! J’aimerai avoir atteint cet objectif avant le mois de juin c’est-à-dire dans 6 mois. Mais s’il faut plus de temps je continuerai bien entendu.

Actuellement je suis entre 4 et 10 « râleries » conscientes par jour. Il est possible que je sois à plus et que je ne m’en rend pas compte… Il me semble même avoir réussi une journée entière sans ronchonner. Je suis un peu étonnée, mais j’ai beau avoir refait la journée dans ma tête je n’ai pas trouvé. C’est donc possible !

Pour le moment mes deux raisons de « râleries » principales sont : la conduite des autres conducteurs (bah oui pas la mienne 😉 et ce qui ne fonctionne pas comme je le voudrais là maintenant tout de suite. Par contre, je râle beaucoup moins contre mes voisins (enfin sauf dans ma tête).

Ce que j’apprécie dans le défi c’est de conscientiser mes causes de « ronchonneries » et  d’arriver à ne pas les exprimer de manière réactive. Bien que cela m’échappe encore bien souvent.

Ce challenge m’oblige également à me concentrer sur mes émotions et leur verbalisation.

Tenir sur la durée

Pour ne pas oublier et me tenir à ce challenge, outre le bracelet je me suis écrite quelques phrases par si  par là dans un bloc note, dans mon Bullet Journal et dans mon agenda (on n’est jamais trop prudent !). Parce que oui, j’ai bien peur  de me réveiller un matin et de me rendre compte que cela fait des semaines que je n’ai pas tenu mon défi.

Je trouve qu’il est également important de ne pas s’en vouloir lorsque l’on râle. Mais plutôt d’être satisfait de s’en être rendu compte. Lorsque l’on se prend sur le fait il suffit alors de s’arrêter. C’est déjà une belle victoire !

Et vous ?

Râlez-vous un peu, beaucoup, à la folie ?

Que pensez-vous de ce challenge ?

Sources 

Huffingtinpost : Combien de temps faut-il pour prendre une habitude

J’arrête de râler en 21 jours

Laissez un commentaire